Archives de la catégorie : Ailleurs

Dans ma rue

Petite devinette : je la vois tous les jours, en partant le matin, en rentrant le soir, en sortant les poubelles, je la vois mais je ne la regarde plus, de quoi s’agit-il? Il s’agit de notre rue, on ne fait qu’y passer des détails, de petites histoires s’impriment dans notre esprit sans qu’on y accorde forcément beaucoup d’attention. Le principe de cette chronique est de raconter ces petites histoires de prêter attention à ces détails et de raconter sa rue. Nous sommes ici à Boves et c’est Dominique Zay qui nous parle de sa rue, la rue des écluses.

Partager

Pas de Transformation sociale sans transformation des médias!

Communiqué de l’association Carmen – Canal Nord

La part de responsabilité des médias (à commencer par le plus populaire, la télévision) dans les résultats des élections est incontestable. Sans occulter les autres responsabilités, nous devons nous interroger sur celles des médias et des politiques censées les réguler.

Informations anxiogènes en boucle, simplification extrême de phénomènes complexes, course à l’audimat et à la rentabilité, course au scoop, mépris ou méconnaissance d’une grande partie de la population, substitution de la parole des citoyens par celle des experts, langage abscons, débats factices, des ingrédients qui nous ont conduit au rejet, à la méfiance, au repli, à la recherche de solutions simplistes et immédiates.

Dans une société de l’image, des médias, de l’information, l’absence de représentation médiatique équivaut à l’absence d’existence sociale et politique. Ce phénomène accentue la rupture opérée depuis plusieurs années entre les citoyens et ceux qui sont censés les représenter. Cocktail explosif qui conduit à la dépolitisation, le vote FN en est une conséquence, le radicalisme une autre.

Nous vivons dans un monde nouveau, globalisé, multi-connecté, mouvant, complexe. Les territoires sont des espaces vécus qui génèrent un sentiment d’appartenance fort, qui révèlent des identités et des valeurs spécifiques à chacun d’entre eux. La citoyenneté est mondiale mais la pensée se construit avant tout en local.

Les médias participent à la construction de notre représentation du monde et de notre environnement. Si nous ne voulons pas que nos territoires, locaux, régionaux ou nationaux deviennent des refuges guidés par la peur, le repli, la méfiance, le rejet, si au contraire nous souhaitons une citoyenneté mondiale, une cohésion territoriale, une ouverture vers les autres, il faut comprendre le monde tel qu’il est et que chacun puisse y trouver sa place. Les médias comme la politique ne peuvent plus être sur des modèles exclusivement descendants.

Les médias locaux, à fortiori les médias non marchand, indépendants, d’intérêt ou de service public, participatifs, sont indispensables au fonctionnement de la démocratie et à la cohésion sociale.
Les médias ne peuvent pas se substituer aux politiques, mais la communication ne peut pas se substituer à l’information ou au débat.

Tant que les politiques n’auront pas le courage ou l’intelligence de permettre réellement l’émergence et la viabilité de nouveaux médias, notamment locaux, aux côtés des médias de services publics, nous continuerons à cheminer vers l’obscurantisme.

Partager

Carmen, 30 ans d’audiovisuel participatif

Il y a un an Carmen fêtait ses 30 ans. Le Festival International du Film nous accueillait pour une soirée sur le thème de l’audiovisuel participatif. Pour cette soirée nous avions proposé au public présent un retraçant l’histoire de notre association. Alternant les images d’archives et le témoignages, ce film de 30 minutes, « Carmen, 30 ans d’audiovisuel participatif » raconte l’histoire de ceux qui ont fait ce projet.

Partager

A la Fédé on n’est pas des veaux

Pour le CSA la télévision participative c’est envoyer un tweet à Cyril Hanouna… Pour Carmen/Canal Nord c’est faire la télé avec ceux qui la regardent. Nous ne sommes pas seuls à le penser, nous sommes même fédérés. Retour en images sur le dernier séminaire de la Fédération des Vidéos des Pays et des Quartiers accueilli au Pays Basque  en mai dernier par nos amis d’Aldudarrak Bideo

Partager

Mille vaches ça fait beaucoup non?

Le 28 octobre dernier des militants de la confédération paysanne se retrouvaient sur les bancs des accusés au tribunal d’Amiens pour leurs actions de soutien à l’association Novissen, opposants au projet de la Ferme usine des 1000 vaches à Drucat . Des centaines de personnes sont venues soutenir la Confédération Paysanne, la journée s’est déroulée dans une atmosphère pacifique, et bon esprit. Quentin jeune monteur vidéo à Carmen et militant à ses heures a pris sa journée pour filmer cette action mémorable, voici le fruit de son travail. Est-il besoin de rappeler que le soir le lieu avait retrouvé son aspect habituel, les manifestants ont fait place nette avant d’évacuer les lieux.

Bel esprit on vous dit

Partager

Qu’est-ce qu’un acteur?

Le Festival International du Film d’Amiens Métropole a été l’occasion pour Carmen de proposer aux festivaliers des images issues de nos archives. C’est le cas de cet extrait datant de 2006. Nous avions proposé à quelques personnalités invitées du festival du film de Beauvais, de répondre à la question : « Qu’est-ce qu’un acteur? ».

Partager

Mémoires d’une enfance en guerre (extraits)

En 1942, une jeune femme arrivait à Amiens pour enseigner la littérature au lycée de jeunes filles de la rue d’Alger elle s’appelait Madeleine Michelis. Le lycée qui porte aujourd’hui le nom de cette enseignante et résistante a souhaité organiser une série d’évènements à l’occasion du centenaire de la naissance de Madeleine Michelis et du cent-trentième anniversaire de l’établissement. Valérie Roger professeur d’histoire est partie à la recherche de témoins de cette époque. Nous l’avons accompagnée dans la réalisation de 3 films, des recueils de témoignages. Camille, Eveline, Jacqueline et Paulette étaient élèves au lycée en 1944 trois d’entre elles avaient Mademoiselle Michelis pour professeur. Ce film est un montage croisé de leurs récits. 

Durée : 27’30

Partager

« A l’est de l’Eden » Episode 3 – Lunik IX, un ghetto Rrom

3ème et dernier épisode de la série tournée à Kosice durant le Festival International des Télévisions Locales.
Dans le reportage précédent Roman Gajdos l’interprète français du festival, nous présentait une vision avantageuse de Košice, mais Roman n’est pas guide touristique, son but n’est pas de ne montrer qu’un visage lisse et sans aspérité de sa ville, de la même manière qu’Amiens ne se résume pas à la cathédrale et aux hortillonages Košice a aussi sa face sombre.
Lunik IX est le plus grand ghetto Rrom de Slovaquie et sans doute l’un des plus grands d’Europe. Six mille personnes vivent dans ce quartier, uniquement des Rroms. Des familles de 10 à 12 enfants partagent de minuscules appartements insalubres. Le taux de chômage est ici de 100% et il n’y a aucun service : ni eau, ni électricité, ni ramassage des ordures.
Les images ont été tournées entre 10 et 11heures du matin, la rue appartient aux enfants, les adultes ne commencent à sortir que dans l’après-midi.
Le contraste avec la Kosice tranquille et cosmopolite de l’épisode précédent est saisissant.


Durée : 12’40

Partager

« A l’est de l’Eden » Episode 2 – Du communisme à Schengen

La Slovaquie est avec la Tchéquie,  le résultat de la partition en deux états à la fin des années 90, de la Tchécoslovaquie. Deuxième ville du pays, Košice est dépeinte par Roman Gajdos comme une ville paisible et cosmopolite. Dans cette cité de 250 000 habitants  professions libérales et ouvriers cohabitent en bonne intelligence dans les barres d’immeuble. Košice semble avoir réussi le pari de la mixité ethnique et sociale, sauf pour ce qui concerne les Roms, ce sera d’ailleurs le sujet du troisième et dernier épisode de la série « A l’est de l’Eden ».


Durée : 7’57

Partager

« A l’est de l’Eden » Episode 1 – Festival International des Télévisions locales de Košice.

Cinquième participation de Carmen au Festival de Košice, cette fois pas question de revenir sans image, nous avons d’ailleurs été bien inspiré puisque cette année le festival avait un parfum particulier, Košice étant avec Marseille Capitale Européenne de la Culture et que cette édition a décerné son prix le plus prestigieux à Carmen et Sylvie Coren (réalisatrice) pour « Bloc 5 story ».  Voici donc le premier épisode d’une mini-série globe-trotteuse qui s’arrête le temps de trois épisodes à Košice durant le festival qui s’est déroulé du 11 au 15 juin 2013.


Durée : 13’11

Cette série a pour titre « A l’est d’Eden » parce qu’on y découvre, si on ne le savait pas, qu’en Biélorussie, ou en Serbie la liberté d’expression, celle de la presse sont des valeurs qui ne vont pas de soi. Ces républiques regardent avec envie nos modèles et se battent au quotidien pour pour faire valoir ces droits fondamentaux.  Le Festival de Košice est une bouffée d’air frais, un temps d’échange et de partage précieux et enrichissant pour eux comme pour nous.

Partager