Archives pour la catégorie Amiens Nord

Ci-gît Pierre Brossolette

Les engins poursuivent leur minutieux travail de destruction des immeubles. Les dernières traces d’avant, quand il y avait de la vie ici, disparaissent. Et au milieu de tout ce remue-ménage l’oiseau impassible ,avec son nouveau plumage, regarde depuis son nid, , le va et vient des pelleteuses.


Durée : 2’06

Ci-gît Pierre Brossolette

Doucement, inexorablement, les immeubles Pierre Brossolette s’effacent du paysage d’Amiens Nord. Carmen film ce processus et tend son micro à ceux qui y assistent, y participent. Là haut personne n’est indifférent à cette disparition.


Durée : 5’01

Alabina à l’Albatros

En 1997, le Festival de Jazz d’Amiens programmait Alabina. Le concert s’est tenu à l’Albatros à Fafet. Dire qu’il y avait foule ce soir là est peu dire. Nous programmons le concert complet sur Canal Nord mais pour les nostalgiques qui ne reçoivent pas notre chaîne nous leur proposons de se consoler en regardant le petit reportage que nous avions fait pour cette grande occasion.

Durée : 3’19

Aménagement du Temps Scolaire – Ecole Voltaire 1997

Parmi les grands débats qui font l’actualité, il y a celui de l’aménagement des rythmes solaires. Ce débat n’est pas nouveau. A Amiens son application a fait l’objet d’une expérimentation sur 3 années. Carmen s’y est intéressée et a réalisé un sujet sur cette expérimentation à l’école Voltaire en 1997.

Le film que nous vous proposons dure une douzaine de minutes, l’école Voltaire était un des 6 sites pilotes pour l’expérimentation. Si le choix d’organisation de la journée en 1997 est indubitablement différent de ce qui se dessine aujourd’hui, les problématiques soulevées il y a 16 ans sont d’actualité  : quel équilibre économique ? Ecole le mercredi ou le samedi matin ?

Durée : 13’03

Les batiments bleus (extrait)

En 2002 les bâtiments bleus tombaient après un long conflit entre bailleurs dont les victimes collatérales furent les locataires. Les images de ce film court sont extraites d’un documentaire de 40 minutes que nous avions réalisé à l’époque. Recueil de témoignages, de souvenirs émus et émouvants. Ce film confirme le bouleversement vécu par les habitants quittant les immeubles voués à la démolition et la nécessité de prendre en compte leur parole dans les opérations de relogement.

Durée : 4’03

Fête de quartier 1985

Petite séquence nostalgie : les fêtes ne sont plus tout à fait les même mais certaines choses ne changent pas…

Durée : 2’51

Bloc 5 Story (extraits)


Durée : 12’13

Un an et demi après sa sortie et bien des péripéties plus tard, « Bloc 5 Story » a reçu le 1er prix de l’édition 2013 du Festival International des Télévisions locales de Košice en Slovaquie. Voici un extrait sous-titré du film.

Suite des débats de La Place des habitants 2.

Samedi 6 octobre 2012 le débat portait sur l’éducation.
Avec Laurent Ott, éducateur spécialisé, ancien Instituteur et directeur de l’association Intermèdes-Robinson dans l’Essonne (91) et Marion Lepresle, 2ème adjoint au Maire à l’enfance, l’éducation et la restauration scolaire.

Laurent Ott, inspiré de la pédagogie Freinet, remet en question l’école française où l’on apprend aux enfants à se taire. Il nous donne un éclairage sur ce que devrait être la place des parents et la formation des enseignants et parle de son expérience à Longjumeau où il travaille dans la rue comme lieu public de productions et de créativité.

Célestin Freinet (1889-1966) développe avec un réseau d’instituteurs des techniques pédagogiques basées sur l’expression des enfants. Les écoles Freinet en France se comptent sur les doigts de la main, par contre de nombreux enseignants s’inspirent de ces méthodes. Ils sont regroupés au sein de l’ICEM, institut coopératif de l’école moderne et partagent leurs expériences dans des groupements départementaux.


Durée : 12’14

Suite des débats de La Place des habitants.

Suite des débats organisés en marge d’Invitations d’Artistes. Le 4 octobre 2012 la discussion portait sur le logement. Le débat a eu lieu au 23 rue Fafet dans les locaux du Cardan. Pour débattre avec les habitants du quartier, étaient réunis autour de la table : Barbara Allen, directrice de recherche au Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), Isabelle Graux, adjointe au logement et présidente de l’OPAC et Etienne Desjonqueres, adjoint à la démocratie locale et à la vie associative.
Au-delà de la question du logement, le débat s’est élargi rapidement aux conditions nécessaires à l’amélioration de la vie individuelle et collective des habitants du quartier. Ils ont une expertise sur ces questions et des projets de création d’espace de convivialité pour lesquels ils souhaitent être entendus !

Morceaux choisis.

Où l’on explique qu’habiter ne se résume pas à se loger.

Durée : 14’04

Suite des chroniques de Saad, 12 ans. Il habite le quartier avec sa famille et s’est passionné pour Invitation d’Artistes, une exposition des travaux réalisés toute l’année avec les habitants du quartier, installée Place des Habitants au 23 rue Fafet et des débats qui s’y sont déroulés.

Avec cette chronique, Saad donne un éclairage sur le contexte des débats et un résumé précis de la soirée autour de thème du logement !


Durée : 6’38

Entretien avec Marwan Mohammed (partie 4)


Durée : 7’33

« La plupart s’en sortent »

Ce quatrième et dernier film interroge sur l’avenir des jeunes.

Ce n’est pas la société ni la vision que le monde a des jeunes qui les aident à s’en sortir. Comme l’explique Marwan Mohammed, la société est beaucoup plus pessimiste qu’elle ne l’était autrefois.  Gérer le risque est devenu la priorité au détriment de l’humain. La société tourne le dos aux habitants de ces quartiers, qui se retrouvent dans la rue…. la rue devient à la fois leur alliée, et leur ennemie.

Marwan Mohammed explique avec finesse comment la rue peut à la fois fragiliser les jeunes, mais c’est aussi grâce à elle qu’ils apprennent, et parfois qu’ils se forment.

Cette partie clôt la série d’interviews avec le sociologue. Marwan Mohammed. Cette fin se veut optimiste «  la plupart s’en sortent ». A travers différents moyens, différentes expériences, la plupart réussissent dans la vie, dans leur vie.