Archives pour la catégorie Étouvie

Récit de 3 jours de rencontres – Inventons la démocratie, notre parole est légitime

Une semaine de rencontres sur la démocratie, la citoyenneté et la participation à la vie de la cité au-delà et en dehors du vote.

« INVENTONS LA DEMOCRATIE»
NOTRE PAROLE EST LEGITIME

Dans les quartiers populaires se sont développées de longue date des prises de parole des habitant-e-s, ici autour d’un comité de quartier, là d’un collectif associatif ou encore d’une table de quartier.

C’est le cas par exemple à Étouvie, quartier HLM amiénois de 8 000 habitant-e-s, qui expérimente depuis longtemps des formes de participation d’initiatives citoyennes (théâtre d’intervention sociale, commission rénovation urbaine, table de quartier) par lesquelles les habitant-e-s se rassemblent de manière autonome pour réfléchir à l’avenir de leur quartier. Parallèlement se sont développés des offres institutionnelles de participation à l’initiative cette fois des élu-e-s locaux et des représentant-e-s de l’État, en direction des habitant-e-s des quartiers populaires : réunions publiques, balades urbaines, diagnostics en marchant… et, dernier dispositif en date, les conseils citoyens.

De la rencontre d’un groupe de réflexion à la composition inhabituelle et hétéroclite (des habitant-e-s, des universitaires et des étudiant-e-s, des travailleurs-euses et animateurs-trices sociaux, des formateurs-trices, des militant-e-s, des représentant-e-s associatifs, des formateurs-trices, une TV participative etc. ) regroupant des personnes également animées par des préoccupations sur ce que pourrait être une citoyenneté active en dehors du vote, est née la semaine « Inventons la démocratie notre parole est légitime ».

Ainsi, du 15 au 18 mars 2017 se sont tenues à Amiens des rencontres co-organisées par : le Centre Social et Culturel d’Étouvie, des enseignant-e-s chercheurs-euses en science politique de l’UPJV, LE CAP (Lieu d’Echanges sur la Citoyenneté et l’Action Publique, association universitaires – acteurs-trices de terrain), l’AESP (l’Association des Etudiant-e-s en Science Politique, la BSP (la Boite Sans Projet, association de formation et d’accompagnement d’initiatives citoyennes), Carmen, un média participatif et des habitant-e-s des quartiers populaires d’Amiens et d’autres villes.

A cette occasion, nous avons accueilli une étape du tour de France de la coordination nationale Pas Sans Nous (notamment Marie-Hélène Bacqué et Mohamed Mechmache auteurs du rapport « Pour une réforme radicale de la politique de la ville, ça ne se fera plus sans nous »). PSN se saisissait de la campagne électorale pour les présidentielles 2017 pour interpeller les candidat-e-s et sensibiliser élu-e-s et citoyen-n-e-s à une proposition de création d’un fonds pour une démocratie d’initiative citoyenne.

Il importait à chacun(e) de réaffirmer l’utilité et la nécessité d’une réelle prise en compte de la parole des habitant-e-s dans les quartiers reconnus comme prioritaires dans la Politique de la Ville. Il s’agissait également de questionner les conditions et les exigences pour une participation réelle des « sans voix », c’est-à-dire de celles et ceux qui sont le plus éloigné-e-s de la parole publique.

Les rencontres « Inventons la démocratie » ont mobilisé des supports originaux (une conférence gesticulée collective, une assemblée délibérative des jeunes, des projection-débat, une réunion-débat sur la rénovation urbaine à Étouvie, une conférence populaire à l’université, des porteurs de parole dans la rue). L’objectif poursuivi par ses différentes méthodes était l’émergence d’une parole libre et la circulation des idées entre les participant-e-s.

Un dossier* revient sur les moments forts de ces rencontres et propose des éclairages à partir de témoignages et de retours critiques d’habitant-e-s de leur vécu sur la participation. Cette dernière peut être parfois subie avec des effets démobilisateurs ou appropriée devenant source d’émancipation politique.

* Dans le dernier n° de INTERSENS édité par l’Espace Picard pour l’Intégration et La Licorne.

La jeunesse d’Étouvie

De quoi les jeunes d’Étouvie ont-ils besoin pour réussir ? Selon eux, d’aides financières pour pratiquer des activités, de soutien et d’accompagnements scolaires et professionnels… Mais avant tout, c’est d’une chance dont ils ont besoin. Ils sont motivés et ambitieux !

Vidéomaton à la fête d’automne d’Étouvie

Le passage au vidéomaton est toujours un moment des plus intéressants, tant les paroles des habitants sont riches. Ici, on parle des choses que l’on aime ou pas dans son quartier, de son arrivée, des associations et des actions proposées… Mais aussi de ses attentes : un centre commercial, une piscine, de nouveaux parcs, entre autres.

Fête d’automne d’Étouvie

La fête d’automne d’Étouvie a repris ses habitudes après son grand retour il y a maintenant 3 ans : 2016 n’échappe pas aux festivités, et c’est tant mieux ! Une nouvelle occasion pour les habitants du quartier de se réunir autour des diverses animations, pour petits et grands : de la musique, des spectacles, des jeux… Mais aussi des stands pour mieux faire connaître les associations qui oeuvrent ici.

La bonne humeur est, comme toujours, au rendez-vous pour cette journée conviviale. C’est ça, la force de la fête d’automne d’Étouvie.

Fête d’automne à Etouvie

La fête d’automne avait repris ses quartiers Place des Provinces Françaises en ce samedi d’octobre et les associations proposaient aux habitants d’écouter de la musique, de partager une soupe, un moment, bref d’être ensemble. La cabine du vidéomaton était là aussi : de 7 à 77 ans, ils ont toujours quelque chose à dire les habitants d’Etouvie! Et c’est ça qui est bien.

De ma fenêtre à Etouvie

Cette série de chroniques donne la parole aux habitants. Ils sont invités à décrire la vue par une fenêtre de chez eux. Après la rue Calmette à Amiens nord, nous voici transportés vers l’est à Etouvie. Thierry est né ici, il y a grandi et il aime son quartier cela s’entend.

Regard sur l’expression des habitants

Si la participation des habitants aux instances de concertation est très recherchée, elle est plus rarement effective. Nous proposons ici deux facettes de cette prise de parole à Etouvie.

Panorama : rue de Lorraine

La série « Panorama » revisite au travers des archives de Carmen des moments, des évènements de l’histoire de notre ville. Cette série ne se veut ni exhaustive, ni objective. Elle propose un regard, un point de vue sur les faits examinés. Cette chronique décrit, au travers du cas de la rue de Lorraine, un cycle qui semble se répéter de manière un peu mécanique dans les opérations de renouvellement urbain.

Trois p’tits tours

Une journée particulière il y un peu plus de 4 ans.

Grand retour de la fête d’automne à Etouvie

Cela faisait longtemps qu’on ne l’avait pas vue, les plus jeunes ne la connaissaient pas et l’ont découverte le 18 octobre dernier. Qui ça? Et bien mais la fête d’Automne du quartier Etouvie. Elle était organisée par Le Café’Touvie, la Commission Rénovation Urbaine d’Etouvie, le CSC et L’ALQE. Pour cette nouvelle édition et comme l’exige la tradition le beau temps, la bonne humeur et la musique étaient de la partie : la preuve en images.

Longue vie à la Fête d’Automne!