Entretien avec Marwan Mohammed (partie 2)


Durée : 6’55

« La parole permet le conflit ».

Le parti-pris de Sylvie Coren pour la réalisation de B5S a été … de ne pas en avoir. Laisser venir les mots, les situations sans jugement de valeur, c’est ce que le film donne à voir et surtout à entendre. Encore faut-il vouloir entendre. Si pour Carmen cela va de soi, cela n’a pas été aussi simple pour une partie du public. Certaines paroles ont besoin d’être accompagnées, il faut quelque fois guider le spectateur pour l’aider à aller au delà du sens strict des mots, pour donner du sens et dépasser la peur qu’engendre certains discours.

Sans cette volonté d’écouter on ne peut espérer comprendre et ce qu’on ne comprend pas nous fait peur, c’est simple et c’est de ce terreau que se nourrissent les totalitarismes.

C’est ce que suggère MM quand il dit qu’en démocratie on ne peut imaginer avoir peur d’une parole;

C’est vrai la parole a ce pouvoir de faire peur, mais lorsqu’elle est libre elle est signe de démocratie.

Partager

Une réponse à Entretien avec Marwan Mohammed (partie 2)

  1. Bonjour,
    je tiens à féliciter chaleureusement les élèves qui ont réalisé le film sur les coulisses du cirque d’Amiens. Je le trouve professionnel, sensible j’aime les cadrages et il est parfaitement monté.
    Je vous remercie sincèrement et la prochaine fois prévenez-moi quand même que je me passe un coup de peigne avant !
    Cordialement,
    Tartar(e)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *