Goodyear – Juillet 2008

Durée : 6’05

A la veille de la Fête du travail nous choisissons de publier un film réalisé par l’association Carmen en 2008  sur le combat des salariés de Good-Year à Amiens. A l’heure du rejet très récent par la direction de l’usine du projet de SCOP porté par les salariés ce document prend une nouvelle dimension. Le choix fait par le réalisateur* y est de donner la parole à des ouvriers. Qu’ils aient cinq ans, dix ans, trente ans d’expérience l’inquiétude est la même. Au travers de ces mots c’est la peur de l’avenir et le refus d’admettre qu’aucune autre solution que le fameux 4×8 n’est envisageable. Les 4×8, c’est 48 heures de travail par semaine, c’est ce que les salariés de Dunlop ont accepté à contre coeur dans l’espoir de sauver leurs emplois. Jusque quand?

Samuel, Mickaël et Gérard racontaient déjà en 2008 la dégradation des relations sociales, l’outil de travail obsolète, une usine qui n’a pas été modernisée, aucun investissement depuis des années. Qu’est-ce qui a changé depuis 2008? Le bras de fer démarré à l’époque s’est  transformé dans le temps en guerre des nerfs absurde, orchestrée depuis l’autre côté de l’Atlantique. Ce combat est remarquable ne serait-ce que par sa durée, par la volonté restée intacte des salariés de refuser l’inacceptable.

* Juan Tisminetzky jeune professionnel catalan, a été accueilli durant 6 mois par l’association Carmen dans le cadre d’un programme d’échange européen. Comme tous les stagiaires de l’association, nous lui avons proposé de développer un projet personnel. Juan a choisi de s’intéresser aux luttes sociales en France et à leur spécificité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *